Recommander


Recommander


Recommandez ce produit en envoyant un e-mail à vos amis et connaissances. Pour ce faire, remplissez les champs marqués par un astérisque * et cliquez sur "Envoyer".

Les châteaux des bords du Rhône
15,00
Prix TTC, livraison non comprise

La vallée du Rhône est l’axe économique et commercial, sans doute le plus important de France. De la Suisse à la mer Méditerranée, elle a connu, depuis la Préhistoire, les invasions, porteuses de guerres mais aussi d’apports culturels aux terroirs. Le paysage a été façonné par l’Homme au fil des siècles.
La portion encaissée de cette vallée de Lyon jusqu’à Avignon, est bordée de châteaux très anciens puissants pour défendre les populations mais aussi surveiller la navigation tout en s’appropriant les péages. Ce tronçon spectaculaire, escorté de ses châteaux forts à l’aspect guerrier est comparable à la vallée du Haut-Rhin moyen.
Un château fort est une structure fortifiée, essentiellement construite et habitée par la noblesse au Moyen Âge en Europe, au Moyen Orient et au Japon. Les châteaux urbains servaient à contrôler les voies de communication sur terre ou sur fleuve, et les châteaux ruraux ou villageois étaient situés près d’éléments vitaux pour l’économie de la population comme des pressoirs, des moulins, des fours ou des vignobles. Les châteaux forts ont été construits jusqu’au xve siècle. Avec l’apparition de l’artillerie et l’usage des canons, qui pouvaient détruire les fortifications, les châteaux ont dû s’adapter à l’évolution de l’armement. Henri IV et surtout Richelieu confirment leur déclin en ordonnant la
destruction ou le démantèlement de nombreuses fortifications pour éviter qu’elles ne servent de repaire aux ennemis de l’autorité.
La Révolution de 1789 achèvera une bonne partie de ces châteaux, emblème de la puissance de leurs seigneurs. Au XIXe siècle sont apparus un grand nombre d’albums, de dictionnaires d’ouvrages consacrés aux travaux de voyageurs studieux, et peintres habiles qui ont redécouvert le Moyen Âge. En effet, la France avait besoin de retrouver son passé glorieux et c’est l’époque romantique qui a su le mieux figurer les ruines jusqu’à la Belle Époque.
Avec les destructions massives de la première guerre mondiale, les ruines intéressent moins.
Désormais, c’est la photographie, et non plus la peinture ou la gravure, qui va représenter la ruine, notamment dans les magazines comme l’Illustration. Le cinéma et les cartes postales vont montrer la ruine sous l’angle du cataclysme ou de la fin du monde, mais la conscience du patrimoine fait que collectivités et individus enthousiastes, restaurent ces édifices pour en sauvegarder la mémoire..

réalisé en partenariat avec l’association Tain, Terre & Culture

ISBN : 978-2-84668-546-7 - 21 x 28 cm - 50 pages - broché

Voir l'exposition

En stock
Expédition possible sous 3 à 5 jours


Données du destinataire et de l'expéditeur
Destinataire
Adresse e-mail *
Message d'accueil personnel
Expéditeur
Adresse e-mail *

Politique de confidentialité: Les données fournies sont uniquement utilisées pour envoyer des recommandations de produits en votre nom. Nous ne conservons pas ces informations et ne les utilisons pas à d'autres fins.