Accessoires


Ouvrage collectif sous la direction de Pierre Fleith et Alain Delpont

Après le départ forcé des Européens au printemps 1962, l'Algérie indépendante doit faire appel à toutes les bonnes volontés afin de former en urgence ses cadres.

Lors de la grande marée de plusieurs dizaine de milliers de volontaires venus du monde entier, les 17 coopérants qui témoignent dans ce livre défileront à Skikda pendant dix années. Tous vont s'atteler au redémarrage de l'enseignement et des services de santé. Leur mission s'inscrit, pour la plupart, dans le système de coopération prévu par les accords d' Évian.

Cette expérience sur le terrain restera pour chacun d'eux toujours ineffaçable. Tout n'est pas rose, cependant, et l'arabisation forcée de l'Algérie, la montée en puissance d'un Islamisme radical au cours de la période 1964-1974 (qui conduira en 1989 aux prémisses d'une guerre civile) et également un mouvement anti-français qui se développe au fil des échecs et des erreurs du gouvernement algérien ne rendent pas la mission facile. Heureusement, la population directement au contact des coopérants, dans sa très grande majorité, mesure la valeur humaine de l'aide apportée. De Skikda parviennent les échos lointains de la révolte des Kabyles, de la guerre des sables menée contre la Maroc. À travers ce livre, le lecteur découvre un pan de l'Histoire de l'Algérie indépendante fort méconnu et, dans le vécu de chacun, comment cela s'est passé pour la population locale.

L'esprit ce coopération anime toujours de jeunes français : le service civique, les jeunes volontaires à l'étranger, les militants d'organisations non gouvernementales... cette jeunesse, soucieuse de justice, curieuse du monde, désireuse de donner un sens à leur vie, trouvent dans ce mouvement de coopération une belle réponse à leurs exigences. Pour les anciens coopérants, l'optimisme est de mise...

ISBN : 978-2-84668-560-3  -  Format 15,5 x 24 cm - 320 pages

20,00 *

En stock
Expédition possible sous 3 à 5 jours

Accessoires

Parution 20 septembre 2014

Témoignages recueillis par Anne-Sophie Chilard

Depuis Napoléon III, la France s'écrit un « roman » avec l'Histoire : censures, oublis, déformations, lois et  décrets... Et la période 1954-1963 est certainement celle qui cristallise tous les défauts. Ce que l'on a nommé jusqu'en 1974 « les événements d'Algérie » est une période de notre Histoire que l'on a cherché à enfouir, d'autant plus que, dès 1954, la Métropole avait tourné la page. Indochine, Maroc, Tunisie, Algérie, Madagascar, que d'obstacles à abattre pour que démarre les trente glorieuses. Les « engagés », qui ont enchaîné 39-45, l'Indochine et l'Algérie, ont apporté leurs témoignages, leurs révoltes.

Quant aux appelés du contingent, la « Nation en armes », cela a été la chape de plomb dès leur retour. La Nation, à ce moment-là, préférait déambuler sur les Champs Elysées ou découvrir Saint Tropez plutôt que de porter les armes. Interdit de se souvenir ! De commémorer ! Un petit noyau d'appelés ont commencé à bouger. Les événements d'Algérie sont devenus Guerre d'Algérie, des monuments aux morts ont été érigés. Ce que l'on appelle aujourd'hui travail de mémoire se met en route, avant qu'il ne soit trop tard, que cette génération ne disparaisse.
En 2004, Jacques Lollioz, alors maire de Magny-les-Hameaux, et Gaëtan Pellan, Responsable des affaires culturelles, à cette époque, ont souhaité créer un monument aux morts qui permettrait de travailler, avec les enfants de la Ville, sur les notions de guerre, de paix et plus largement sur le devoir de mémoire. 
Cela a été le point de départ d'un travail de mémoire sur la Guerre d'Algérie. Dans ce mouvement, ce livre permet de faire resurgir des mémoires la nostalgie et l’histoire d’une jeunesse. Une jeunesse volée à la vie de 21 Magnycois qui se souviennent…
La mémoire nécessite un travail en profondeur, en particulier avec les enfants. Ce livre, comme le lieu de mémoire de Magny-les-Hameaux, en sont des traces concrètes. Le devoir, ou « plaisir » de mémoire que nous agitons tous les ans avec les enfants des écoles de la ville de Magny-les-Hameaux, en créant un livre infini au fil des ans, inscrit cette trace dans la lumière.
Cet ouvrage constitue une étape importante dans ce travail de mémoire. D'un abord facile, il permet à chacun des 21 anciens que la journaliste Anne-Sophie Chilard a interrogé de témoigner de cette période sombre de leur vie, de dire leur ressenti. Il vous sensibilisera aux conséquences d'une guerre si mal fichue.
 
ISBN : 978-2-84668-468-2 – Format 210 x 265 mm – 128 pages – 19€
19,00 *

En stock
Expédition possible sous 3 à 5 jours

La Guerre d'Algérie Chroniques de sang et d’or - 1945-1963 par Georges Clément
30,00 *

En stock
Expédition possible sous 2 jours

Roman de Geneviève de Ternant

Voilà un récit plein de verve et de destins contrariés ou accomplis. Voici une part de l­’Oran européen redécouvert, voici une histoire qui bien que « romancée » est fondée sur une famille réelle non étrangère à celle de l­'auteur.

Et d­'abord, qu'­étaient ces « marbres du soleil » ? Leur carrière se trouvait dans les replis d’un massif montagneux, sis entre Oran et Mostaganem sur la côte d­’Algérie, et qu'­on appelait « la montagne des lions ». Il apparaissait aux Oranais comme un volcan posé sur l­'horizon à l­'est de leur cité. Il s'­agissait d­'une antique carrière romaine dont les marbres furent utilisés dans la ville éternelle tant que dura l­'Afrique romaine.

Un Florentin marbrier, passionné par son métier et l'­histoire, se mit en tête de la retrouver au XIXe siècle et vint à Oran pour ce faire. Il parcourut le pays et redécouvrit ces marbres près de Kléber, dans cette zone montagneuse. Il établit sa famille à Oran et remit l'­exploitation en route. Dès lors, ces pierres devinrent ses marbres et il les exporta en France et en Italie où ils parèrent des demeures princières, telles que l'­hôtel de la Païva sur les Champs-Élysées. Dès lors, c­'est une aventure familiale que le lecteur est convié à suivre. De Fiaschi en Beaufort, au gré des mariages et des heurs et malheurs d'­une parentèle nombreuse et aristocratique, le livre lui fera parcourir le temps qui sépare l­'arrivée du père de la seconde guerre mondiale.

Un pan très singulier de la société oranaise est exposé là, qui permettra, avec un plaisir de lecture sans faille, d­'appréhender de quelles particularités la colonisation de l­'Algérie fut composée.

Geneviève de Ternant nous livre ici la première partie d­'une saga qui nous mènera des débuts difficiles et prometteurs des pionniers à la tragédie finale un siècle et demi plus tard.

ISBN : 978-2-84668-537-5 – ISBN Academiae pour les États-Unis : 978-0-9908912-1-5 - Format 15,5 x 24 cm – 370 pages – 25 €

25,00 *

En stock
Expédition possible sous 3 à 5 jours